Sur la formation des enseignants (Masters, concours,...)

Aux collègues siégeant au CEVU, responsables de préparations  au concours de l'enseignement, responsables de formation Master
chers collègues,
Depuis plusieurs mois, plus encore que d'autres, les collègues qui interviennent dans les préparations aux concours du CAPES et de l'agrégation, s'inquiètent des abbérations et du caractère opaque des bouleversements que les deux ministères (MEN et MESR) ont engagé en matière de formation des enseignants, de concours de recrutement et d'entrée dans les métiers.
Les importantes mobilisations de l'an dernier, les convergences très larges d'analyses entre les sociétés savantes, la majorité des organisations syndicales, la CPU, la CDIUFM,...ont permis le maintien -pour la part préparation/concours- durant l'année universitaire 2009-2010, de l'existant.
Les décrets, toujours largement contestés,  parus en juillet 2009 qui donnent un semblant de cadre à cette "mastérisation",  modifient  les conditions  minimales d'inscription au CAPES (M1 acquis), la nature   et l'organisation des épreuves.
Tout ceci se fait "en force", sans concertation aboutie et provoque tout à la fois colère et bouillonnement de réflexions tant pour améliorer l'ensemble du dispositif de formation (disciplinaire et professionnel) que pour rassurer les étudiants et faire en sorte que notre université, comme les autres, tienne son rôle dans cette mission essentielle qu'est la formation des futurs enseignants.

Après d'autres des rencontres, à l'initiative du SNESUP Tours  se sont tenues deux réunions côté Tanneurs, l'autre côté Grandmont pour faire le point au moment où le CEVU d'Orléans (du 19 mars) et celui de Tours prévu le 1er avril sont invités à  ce qui ressemble à des formes de mise en oeuvre de cette réforme très contestée. Des débats lors de ces réunions ressort une volonté de voir l'université de Tours délivrer un message clair tant sur le fond d'une réforme contestée que vers les étudiants dont les études doivent êtres "sécurisées" tant dans le fond que dans le cadre.
La situation des deux universités qui élaborent en parallèle leur contrat quadriennal est particulière : l'an prochain est vraiment globalement transitoire. Aussi il nous parait important de distinguer ce qui relève d'une réflexion et de propositions de moyens terme pour la formation des enseignants dans un cadre master, et ce qui relève de la seule année 2010-2011.
L'ampleur des contestations et réserves sur ce qui apparait aujourd'hui des dispositifs "mastérisations" conçus dans les ministères, quel que soit le point de vue et y compris dans la grande variété des situations disciplinaires (CAPES monodisciplinaires, CAPES pluridisciplinaires)  et part plus ou moins importante de formes de mutualisation entre les préparations au CAPES et les enseignements de M1, nous conduisent à proposer l'expression forte des collègues et des instances compétentes de l'universté (en particulier CEVU et CA)  sur les points suivants :

.
* report des concours de CAPES prévus pour novembre 2010 en mars 2011...et pas de préparation anticipée dès juin.
* exigence pour les lauréats du CAPES de juillet 2010, d'un service d'enseignement réduit réellement et d'un recours aux universités pour les compléments de formation.
*  pour l'année universitaire à venir (2010-2011) la question des maquettes de formation ne se pose pas. Tout étudiant titulaire d'une licence peut s'inscrire en M1  dans la perspective de se former aux métiers de l'enseignement et et le contenu de cette année de formation relève des équipes de collègues.

De telles orientations qui sont  fidèles aux textes déjà adoptés au CNESER comme au sein de l'université de Tours (motion du CA de décembre) et sont proches de positions adoptées  récemment dans d'autres universités (motion du CA de Paris 12, par exemple) nous semblent fédératrices.
Nous comptons sur vous pour les améliorer encore et les faire adopter.