Plateforme unitaire FSU pour les élections au CA du PRES

 

Le PRES créé en juillet 2010, dans une configuration que le ministère et l’exécutif régional ont largement façonné, fonctionne jusqu’ici sans contrôle démocratique, avec un Conseil d’Administration qui ne comporte aucun élu au suffrage direct. Ce conseil a choisi des modalités de scrutin qui cassent la dimension collective en organisant 6 scrutins uninominaux au lieu de 2 scrutins par listes à la proportionnelle pour les 3 sièges « enseignants-chercheurs et enseignants » et les 3 sièges « BIATOSS ».

 

Pour défendre le service public d’enseignement supérieur et de recherche, malmené par la loi LRU, par des budgets étriqués, par une politique de l’emploi qui privilégie la précarité, le tout au nom d’une pseudo autonomie, les personnels universitaires ont besoin d’élus actifs aux orientations claires. Chacun mesure aujourd’hui avec la recomposition brutale de  l’enseignement supérieur liée aux Idex, Labex, Equipex, RTRA, SATT,…et à la définition d’une « nouvelle licence »  que les personnels et les étudiants ont besoin de faire entendre leurs aspirations.

 

Plateforme commune et unitaire des candidats présentés par la FSU pour tous les sièges

 

  1. Développement des missions statutaires du PRES dans le respect des missions de chaque établissement avec une attention soutenue aux processus de décision
  2. Appui aux initiatives de développement scientifiquedans le respect des statuts de tous les métiers de l'enseignement supérieur et de la recherche ; soutien des demandes de création d’emplois
  3. Maintien exclusif de la collation des diplômes de l'Etat dans les universités constitutives pour la garantie de la qualité nationale des diplômes.
  4. Réponses aux attentes et besoins des étudiants et des personnels en matière de locaux et de transports au sein de la région (gratuité)
  5. Défense et développement des logiques de service public, du potentiel de la recherche publique dans la transparence financière, dans la vigilance sur la nature des contrats avec les entreprises comme sur les liens avec les établissements d’enseignement privés
  6. Soutien à une politique de développement coopératif (non de "mutualisation") pour augmenter l'offre de formation dans les deux universités (alors que le bassin des “étudiants potentiels” est largement en friche puisque la région Centre affiche un déficit de l'ordre de 10 000 étudiants sur la moyenne nationale) et refus d’une régionalisation systématique de la carte, des contenus et des objectifs de l’enseignement supérieur.

Candidats 

Université de Tours : Sylvette Denefle,Professeur des Universités (sociologie),Jean-MichelBrossard(STI)

Université d’Orléans : Jeffrey Hopes, Professeur des Universités (anglais), Michel Theveneau (B.A.S.)

Ecoles (ENSPN, ENIVL, ESCEM, ENSIB) : Frank Favetta, Maître de Conférences (informatique)


 Soutiens : SNESUP, SNASUB, UNATOS, SNEP, SNCS, SNICS