Notes de lecture (Mai 2011)

Le rythme des publications autour des universités ne faiblit pas. Dans la livraison de ce mois de mai deux livres de journalistes.

  1.       Michel Leroy Universités, Enquête sur le grand chambardement, Autrement.

Si le point de vue se concentre sur les seules universités (ni les autres composantes du supérieur, ni la recherche) et reprend à son compte une irréversibilité des évolutions condamnant les « petits » établissements, il fournit aussi de bonnes synthèses. Il propose un panorama intéressant des dégâts de l’externalisation, du rôle opaque de l’AMUE, du marché ouvert aux sociétés de conseils et d’expertise,…comme sur les convoitises immobilières sur les campus existants ou à venir avec une critique lucide de la CDC et des banques de plus en plus actives autour des fonds et du patrimoine universitaire (le tiers de celui de l’Etat). L’ouvrage fournit des chiffres  officiels mais peu connus du public qui attestent de la diminution relative de la part de l’Etat dans le financement des activités universitaires, de la part conséquente (1/7) des adultes en reprise d’étude parmi les effectifs étudiants. L’auteur souligne la « vision fantasmée » des USA où la recherche universitaire reste pour 75% financée par l’Etat ; l’activisme de l’institut Montaigne autour de ces enjeux n’est pas oublié. Un livre ou manquent néanmoins les préoccupations des personnels et des étudiants.    

 2. Axel Kahn et Valérie Pécresse, Controverses, Ni

 

Une fois de plus A. Kahn accepte d’être le faire-valoir de la ministre qui répète (ou lit les notes de ses collaborateurs) dans ce soporifique livre d’entretiens, tout le bien qu’elle pense de sa présence au gouvernement. La dimension collective de la recherche comme  la collégialité sont des dimensions absentes. Ce livre illustre le refus du débat et du pluralisme …sauf celui des ego.